Crise économique : un bon moment pour démarrer son entreprise ?

Écrit par Celine des Ligneris • 4 août 2020

Alors que le déconfinement se poursuit progressivement, laissant dans son sillage des pertes d’emplois et des fermetures d’entreprises, ainsi que ses contraintes de respect des mesures sanitaires, on peut se demander si démarrer une entreprise n’est pas une aventure condamnée d’avance… et pourtant...

Les motivations pour partir en affaires

De tous temps, les motivations principales des entrepreneurs à se lancer en affaires ont toujours été les suivantes :

  • une idée de projet, produit ou service, qui se démarque de ce qui existe sur le marché (centré sur l’invention)
  • la perception d’une opportunité, d’un besoin potentiel qui n’est pas actuellement satisfait du fait de pas ou de peu d’offre (centré sur le besoin du client, l’amélioration de l’offre)
  • la perte de son emploi, ou même pour certaines personnes immigrantes le défi de créer un défi qui corresponde à ses expertises (centré sur la nécessité)

Les opportunités en temps de crise

Les crises économiques ont de tout temps eu des impacts socio-économiques :

  • impacts négatifs :
    • les pertes d’emploi et tous les désespoirs qui en résultent
    • la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs
    • la fermeture de certaines entreprises
  • impacts positifs :
    • des opportunités de reprendre des entreprises
    • des nouveaux besoins des consommateurs et des entreprises
    • changements des priorités et parfois des comportements

Les spécificités de la crise sanitaires actuelle

La crise actuelle avec toutes ses nouvelles mesures de distanciation et surtout la vague d’incertitude sur la durée de ces dernières a eu des retombées particulières :

  • augmentation du commerce en ligne particulièrement avec l’option de la livraison locale
  • avec comme corollaire la limitation de la fréquentation des boutiques physiques
  • la montée du télétravail

Toutes ces tendances seront à prendre en considération lors du développement du projet d’affaires.

Image by Engin Akyurt from Pixabay

Le bon temps pour lancer son entreprise?

  • Pour les inventeurs : ils ont de tout temps un foisonnement d’idées folles pour créer de nouveaux projets, quelque soit la situation économique, même si cela n’aboutit pas forcément à la création d’entreprise.
  • Pour les chercheurs d’emploi : même si la recherche d’emploi est une activité à temps plein et stressante face aux incertitudes, elle offre l’opportunité et l’espace-temps, pour ceux qui le souhaitent, de penser à développer leur projet d’affaires. C’est une belle occasion de développer de nouvelles compétences, comme le développement d’un site en ligne. De plus, elle offre le fabuleux prétexte de démarcher une clientèle “entreprise” dans le cadre des rencontres de découvertes pour en savoir plus sur les besoins de l’entreprise.
  • Pour les promoteurs à l’affût d’opportunité : la crise met en lumière de nouvelles opportunités d’affaires, des besoins encore non-répondu, qui demanderont audace et innovation pour développer une offre de service cohérente et surtout développer des moyens pour faire connaître notre solution aux clients potentiels.

Comme on le constate, il s’agit moins de trouver le moment parfait pour lancer son entreprise, mais plutôt de vérifier qu’il y a une demande suffisante pour notre produit ou service. Et le “suffisant” dépendra bien évidemment du revenu que l’on souhaite tiré de notre entreprise une fois toutes les dépenses passées, ainsi que de la taille de notre entreprise.

Tester son projet

Au cours des dernières années on a beaucoup entendu parler du Lean Start up, une méthode pour tester les hypothèses qui sont au coeur du modèle d’affaires. Le beau côté de la chose, c’est qu’à moins d’avoir besoin d’un brevet pour protéger son nouveau produit, on peut commencer petit et valider si il y a une demande pour l’offre de service de notre entreprise. C’est donc vraiment le temps de faire la preuve du concept : est-ce que les gens aiment l’idée ? Et surtout est-ce qu’ils sont prêts à payer pour l’acquérir ? Est-ce qu’on adresse le bon besoin, les bons clients ? Est-ce qu’on a le bon message ?

Source: https://ecelliitd.wordpress.com/2020/06/14/the-fail-fast-methodology-the-lean-startup/

Prêt à passer à l’action, à affronter l’adversité ? Et vous vous demandez comment procéder, voici les 3 étapes pour créer son entreprise.

L’Unité entrepreneuriale de la Cité peut vous aider. De plus, pour les personnes immigrantes, citoyen permanent ou réfugié, le programme Entrepreneuriat immigrant francophone de l’Unité entrepreneuriale vous offre la possibilité d’être accompagné pendant 26 semaines et de bénéficier d’un coach et d’un mentor pour développer votre projet, votre réseau et votre mise en marché.